Voter à la pointe du fusil

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

L’idée n’est pas nouvelle. Beaucoup de gens se désolent de la participation  de plus en plus faible des voteurs aux élections. Cette participation devient de plus en plus navrante pour les paliers qui sont pourtant les plus près du peuple comme le palier municipal et les commissions scolaires.  Ce qui fait que certains, comme ce blogueur de droite qui a été porté à mon attention sur Facebook (h/t Immanuel Giulea),  voudraient qu’on propose une loi qui forcerait les gens à aller voter sous peine d’être mis à l’amende.

Selon ce blogueur, le faible taux de participation fait que beaucoup questionnent la légitimité du gouvernement de Stephen Harper, puisqu’il n’a récolté que 40% des environ 56% qui ont voté aux élections fédérales. Cependant, cet argument est factice. On peut effectivement s’interroger sur la légitimité du système qui permet à un parti de gouverner avec moins de 50% du vote populaire, mais on ne peut pas questionner la légitimité d’un gouvernement élu selon ce mode électoral sans également questionner la légitimité de tous les gouvernements qui l’ont précédé depuis 1867. Or, ceux qui questionnent la légitimité du gouvernement conservateur ne remettent absolument pas en question celle des gouvernements précédents, formés le plus souvent par le Parti Libéral. On ne questionne la légitimité du gouvernement actuel que par démagogie, parce qu’il s’agit du Parti Conservateur.

Alexis de Tocqueville vous dirait que le faible taux de participation aux élections est inhérent d’un processus démocratique qui prétend donner le pouvoir au peuple en organisant un concours de popularité à tous les quatre ans mais qui n’encourage pas les gens à participer davantage à la vie publique. Comme les gens sont en général trop occupés à gagner leurs vies et jouir de leur vie privée, leur intérêt à la chose politique demeurera limité. Ajoutons à cela que notre classe politique nous donne énormément de raisons d’être cyniques ces dernières années.

Que ce soit par désintéressement, par protestation ou par cynisme, choisir de ne pas voter est un choix légitime dans une démocratie. Voter est un droit, ce n’est ni un devoir, ni obligation.  Si la démocratie se veut un système où le libre-arbitre des citoyens est respecté, il serait immoral d’utiliser la coercition afin de forcer les gens à participer au processus électoral. Une loi exige d’être enforcée par l’amende et à l’extrême, des gens armés et en uniforme viendront vous enlever et vous mettre dans une cage. Ce n’est pas ce que la démocratie est supposée représenter. De plus, ce serait inefficace de toute façon car nous avons tout de même la possibilité d’annuler notre vote, ce qui revient au même que de ne pas se présenter au bureau de vote. Faudrait-il suivre les gens dans l’isoloir pour s’assurer qu’ils n’annuleront pas leur vote? Si on se retrouve avec 60% de bulletins annulés, le scrutin sera-t-il plus légitime?

Cette situation est un exemple qui départage les libertariens des conservateurs. Les conservateurs adorent imposer leur vision, alors ils n’auront aucun scrupule à recourir à la force de l’état pour forcer les gens à se rendre aux urnes. Vus sous cet angle, ils ne sont guère mieux que les gauchistes.

Vous pouvez certainement travailler à sensibiliser les gens à participer au processus démocratique. Mais vous ne pouvez certainement pas forcer les gens à voter à la pointe d’un fusil.

A propos de l'auteur

Mon nom est Philippe. J'habite sur la rive sud de Montréal. Je suis un technicien en informatique qui aime discuter de toute sorte de sujets. Bienvenue sur mon blogue!

Une réponse à “Voter à la pointe du fusil”

  1. Ce qui est drôle c'est que cela semble également a sens unique, si le taux de participation tombe a moins de 50% logiquement on doit en conclure qu'il ne représente pas une majorité, la seule solution dans ce cas serait un shutdown du gouvernement, car si c'est plus de 50% on crie a qui veut l'entendre "nous sommes élus par le peuple tralala" mais en bas du 50% sa change rien, le gouvernement a les pleins pouvoirs. Pour être cohérent il faudrait que le non vote compte autant que le vote non ?