Legault le socialiste nationaliste.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

J’aimerais partager cet article avec vous dans lequel François Legault déplore la décision du gouvernement d’autoriser la vente d’Alcan à Rio Tinto. J’avoue que certains passages sont très révélateurs.

«On avait cinq entreprises importantes au Québec: Abitibi-Consolidated, Domtar, Cascades, Kruger et Tembec. La plus importante, Abitibi-Consolidated, on l’a laissée aller sans lever le petit doigt. La plus rentable, Domtar, on l’a aussi laissée aller sans lever le petit doigt. Et dorénavant, les fermetures d’usines se décident aux États-Unis ou ailleurs», met-il en relief.

Si une usine n’est pas rentable, que la décision de la fermer vienne de Montréal, Londres, New York  ou Melbourne ne change pas grand’chose. Que le siège social soit à Montréal ne rendra pas l’usine plus rentable.

«Si la Caisse de dépôt s’était davantage impliquée, on aurait peut-être pu sauver Domtar, Abitibi-Consolidated et Alcan, avance-t-il. On doit dire aux entreprises étrangères que nous acceptons qu’elles viennent ici, mais à condition que nous soyons partenaires à 30, 40 ou 49% de leur projet d’exploitation. Il faut le faire assez rapidement, car nous avons un écart de richesses à combler.»

En d’autres mots, François Legault propose de risquer le bas de laine des québécois à acquerir jusqu’à 49% des actifs de tous les projets miniers au Québec. Ces projets étant passablement risqués, ça équivaut à dire qu’on prend l’argent des retraites des gens pour jouer au casino, dans le but de faire une semi-nationalisation du secteur minier. Entre ça et la proposition dans le cahier de perspectives de Québec Solidaire de nationaliser tout le secteur minier, il n’y a qu’une question de degré. M. Legault montre en fait ses vraies couleurs. Benito Mussolini approuverait certainement de son plan.

Dans la réalité, ce que  M. Legault propose de faire est de mettre des barrières à l’investissement étranger, risquer des pertes énormes dans le bas de laine des québécois et limiter les prospects d’expansion à l’étranger de compagnies québécoise, car ni nous leur mettons des barrières, il vont éventuellement nous faire la même chose.

A propos de l'auteur

Mon nom est Philippe. J'habite sur la rive sud de Montréal. Je suis un technicien en informatique qui aime discuter de toute sorte de sujets. Bienvenue sur mon blogue!

9 Réponses à “Legault le socialiste nationaliste.”

  1. Le titre de votre article est très offensant (et faux) pour l’individu concerné. Ce que veut faire comprendre M. Legault, c’est l’importance de préserver nos colosses industriels, surtout dans un contexte où le Québec est à la veille de revitaliser très sérieusement ses secteurs primaire et secondaire. On peut critiquer la méthode proposée (passer par la CDPQ), mais ce n’est certainement pas en le linkant à Mussolini qu’on va faire avancer les choses, et encore moins modifier le discours.

    Vous dites :

    M. Legault propose de faire est de mettre des barrières à l’investissement étranger, risquer des pertes énormes dans le bas de laine des québécois et limiter les prospects d’expansion à l’étranger de compagnies québécoises

    1. @ Fraddé

      Le titre de votre article est très offensant (et faux) pour l’individu concerné.

      Faux? Voyons voir… Le dictionnaire Toupie.org offre deux définition au mot "nationalisme": le nationalisme libérateur et le nationalisme dominateur. Je me réfère à la définition du nationalisme dominateur:

      Au sein d'un Etat-nation existant, le nationalisme "dominateur" est une idéologie politique qui donne la primauté à la nation par rapport à toute autre considération dans les relations internationales.

      Ce nationalisme peut trouver son origine dans des peurs provoquées par des dangers extérieurs ou par un ennemi intérieur (xénophobie, antisémitisme). Il conduit alors à un certain isolement et au retour vers le système de valeurs sur lequel est fondée la nation. Le nationalisme est une des caractéristiques du Front National en France et des nouveaux mouvements politiques d'extrême droite européens.

      Lorsqu'il découle d'une volonté de puissance, de grandeur et de domination, le nationalisme conduit alors à un expansionnisme agressif (impérialisme, colonialisme), cherchant parfois une justification dans l'Histoire même très ancienne. Ainsi, dans la première moitié du XXe siècle, le nationalisme a été à l'origine du fascisme italien et du national-socialisme allemand (nazisme).

      Bien que l'attitude envers les compagnies étrangères de M. Legault n'est pas aux extrêmes du fascisme, elle est cependant clairement nationaliste et oui, Mussolini aurait sûrement approuvé. Au tour du socialisme maintenant:

      Le socialisme est une doctrine politique et économique qui vise, à l'inverse du modèle libéral, à réformer le système de propriété privée des moyens de production et d'échange et à l'appropriation de ceux-ci par la collectivité.
      Les valeurs fondamentales du socialisme sont : l'absence de classes (au moins à ses origines), l'égalité des chances, la justice sociale, la répartition équitable des ressources, la solidarité, la lutte contre l'individualisme, l'intérêt général partagé et prévalant sur les intérêts particuliers…

      Dans la théorie politique marxiste, le socialisme est la période de transition entre l'abolition du capitalisme et l'avènement du communisme avec la disparition de l'Etat. Pendant cette période, la "dictature du prolétariat" s'exerce par l’intermédiaire de l'Etat sur l'ensemble de la société.

      Chez les non marxistes, le socialisme est la dénomination générale des doctrines des partis de gauche qui cherchent à rénover l'organisation de la société en vue de la justice sociale et de l'émancipation individuelle de chacun dans le respect de la dignité.

      Je passerai par-dessus la définition marxiste pour ne retenir que la définition non-marxiste ici. Quand M. Legault déclare à la chaine radio de Radio-Canada que "nos programmes sociaux sont sacrés" et que "ça prend un état fort", sachant la nature même de nos programmes sociaux, dont certains sont quasi-soviétiques, c'est une attitude on ne peu plus socialiste. M. Legault ne propose d'ailleurs que des changements très superficiels au système.

      Alors dans les faits, les attitudes de M. Legault sont effectivement nationaliste ET socialistes. Ce qui est le plus risible est qu'on ne cesse de le classifier à droite du centre dans les médias. En réalité, M. Legault croit en un état fort afin de pouvoir gérer nos existences lui-même. Entre lui et QS, tout n'est qu'une question de degrés, mais le fond de l'idéologie est le même. C'est une idéologie élitiste où M. Legault se croit plus apte à décider ce qui est bon pour nous que nous-même. Au moins QS est plus transparent sur le fond.

  2. (suite)

    On parle quand même du gars d’Air Transat, ici. Pas certain que dans votre cercle d’amis libertariens ou que les élus adéquistes, individuellement parlant, en ont fait autant …

    Il est triste de constater, M. David, que plus le temps avance, plus vous «l’échappez», avec vos articles.

    Fraddé
    P.S : «Reconnais le moment favorable» – Pittacos de Mytilène

    1. @ Fraddé

      On parle quand même du gars d’Air Transat, ici. Pas certain que dans votre cercle d’amis libertariens ou que les élus adéquistes, individuellement parlant, en ont fait autant … Il est triste de constater, M. David, que plus le temps avance, plus vous «l’échappez», avec vos articles.

      Sophisme. Que j'ai fait autant que M. Legault ou pas ne change rien à la validité de mes arguments. C'est une simple attaque ad hominem, ou ce qu'on pourrait appeler en anglais un "cheap shot". Je vais m'en souvenir. Je ne suis cependant pas surpris que vous ayez quelque affinité avec M. Legault puisque vous êtes tous deux du type à vouloir imposer par la force votre manière de faire. La droite sociale n'a jamais été bien loin de la gauche dans ses attitudes totalitaires et liberticides.

  3. Il faut premièrement parler de la ressource avant de parler de comment on gère la ressource.

    Je veux dire qu'il faut statuer si cette ressource appartient à tous les Québécois ou peut être exploité par qui le veut. Je considère pour ma part que la terre devrait appartenir à ceux qui l'habitent. C'est nous qui subiront, dans quarante ou cinquante ans, la pollution de l'exploitation de nos ressources. Les gaz de schistes et les minerais radioactifs sont un excellent exemple. Cela nous permettrait d'avoir notre mot à dire, tout en laissant la barre aux entrepreneurs privés en plus d'impliquer la population.

    (Pour les gaz de schistes, je ne dis pas qu'il ne faut pas les exploiter, au contraire. Même si je crois que l'on devrait favoriser les projets renouvelables qui peuvent être tout autant (sinon plus) payant. Je crois quand même que c'est une de nos richesse, mais on ne peut pas se permettre de l'exploiter avec la technologie actuelle. On a vu les résultats aux État-Unis et on commence à les voir ici.)

    Ensuite, il faut prendre en note l'aspect économique. Un compagnie ne décide pas d'investir comme ça pour le plaisir. Si elle le fait, c'est qu'elle considère d'avoir une forte probabilité de profit. Oui, il y a toujours des projets qui ne fonctionnent pas, mais les projets qui fonctionnent sont extrêmement payant. On a qu'à penser à Hydro-Québec qui a été un investissement exemplaire. C'est devenu non seulement une de nos vaches à lait, mais en plus ça nous a permit de développer une des meilleurs expertises mondiales dans le domaine. Comme preuve, le barrage des Trois gorges en Chine, le plus gros au monde, construit par Hydro-Québec.

    Le fait d'acquérir une part de la compagnie permettrait à la fois une part des bénéfices et une prise de possession des Québécois de leurs ressources. Il s'agit d'un compromis intéressant entre Nationalisation et Privatisation.

    Personnellement je tangue plus vers la nationalisation des ressources (pour s'assurer d'avoir le contrôle sur les réserves), de demander des redevances qui font du sens (présentement on se fait voler) et la création d'une compagnie d'état indépendante qui elle devrait compétitioner avec les compagnies privées.

    Cela permettrait, si le projet est rentable, de créer à long terme une société d'état très forte, un peu comme Radio-Canada (On peut aimer ou non, je ne parle que du type d'entreprise).

  4. @ Mathieu Gingras

    Je considère pour ma part que la terre devrait appartenir à ceux qui l'habitent. C'est nous qui subiront, dans quarante ou cinquante ans, la pollution de l'exploitation de nos ressources.

    Alors pourquoi est-ce que le sous-sol n'est pas la propriété de celui qui habite la surface? N'est-ce pas lui le premier concerné par l'exploitation de toute ressource sous ses pieds? Je m'objecte à la vision que toutes les ressources à appartiennent à tous les Québécois. Cette vision des choses est une entorse aux droits de propriété de ceux qui devraient être les premiers concernés, c'est-à-dire, ceux qui vivent là où ces ressources existent et qui subiront les externalités de l'exploitation de ces ressources, comme la pollution.

  5. @ M. David

    Lorsque je vous ai dit que le titre de l’article était offensant, vous savez très bien à quoi je faisais référence : «socialiste nationaliste» et «nationaliste socialiste» ou «national socialiste», ça se ressemble pas mal ! Et vous me parlez de cheap shot …

    les attitudes de M. Legault sont effectivement nationaliste ET socialistes

    Si vous aviez été de bonne foi, dès le départ, vous auriez nommé votre article comme les mots en gras, ci-dessus. Mais bon, la fin justifie les moyens, n’est-ce pas ?

    La droite sociale n'a jamais été bien loin de la gauche

    Ah bon. Ce n’est pas la gauche sociale à Trudeau qui a décriminalisé l’avortement ? Ce n’est pas la gauche sociale à Martin qui a permis le mariage gay ?

  6. Ce n’est pas la gau-gauche libérale sociale qui a perverti notre système de justice criminel ? La droite sociale pas loin de la gauche ? Je crois que c’est plutôt le libertarianisme social qui n’est pas très loi de la gau-gauche morale. Puis, au niveau de la dimension économique, la ligne qui nous sépare est très évidente : à gauche, c’est la soi-disant ‘société juste’ Trudeauiste-NPD qui nous a endetté et qui a foutu un bon modèle classique à la poubelle, tandis qu’à droite, vous avez une vision d’austérité, de création de richesse réelle, et beaucoup moins de welfare. À ce niveau-ci, M. Legault se démarque de Jean Charest, même de Deltell la Girouette, Junior.

  7. Vous avez d’un côté, le gars d’Air Transat (un succès entrepreneurial) versus le pire avocat de l’Estrie. Le gars ne doit pas être si crétin que ça en matière économique. Il a fait également partie de l’administration gouvernementale qui a passé la loi du déficit zéro, loi que le PLQ a transgressé à plusieurs reprises. En passant, il ne vous est jamais venu à la tête que quand M. Legault parle d’un «état fort», il parle d’un potentiel gouvernement qui GOUVERNE, qui applique des politiques austères, et qui se tient debout devant les lobbys gauchistes qui ont le don de tout bloquer systématiquement ?

    Si le décor politique ne change pas d’ici 2012-2013, et que M. Legault fonde son parti ou prend les commandes d’un autre, il est pratiquement certain que ce dernier aura mon vote.

    Fraddé
    P.S : «Reconnais le moment favorable» – Pittacos de Mytilène