Des chiffres troublants

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...Loading...

Comment aimeriez-vous vivre dans une société où il vaut mieux être concierge dans la fonction publique que cadre dans une PME? C’est pourtant le genre de société dans laquelle nous vivons actuellement. L’illustration ci-dessus montre combien vous devrez avoir accumulé dans vos REER pour avoir une retraite équivalente aux employés du secteur public.  Pour mettre les choses en perspective pour ceux qui croient pouvoir en avoir autant rendu à l’âge de la retraite, mon père était médecin et vivait relativement modestement pour ses revenus et pourtant il n’avait pas réussit à accumuler assez dans ses REER pour rejoindre l’enseignant, encore moins le cadre au fédéral.

Ça ne vous irrite pas un peu vous? Cet argent vient de vos poches. Vous payez des impôts pour que les cadres de la fonction publique se la coulent douce avec l’équivalent d’un million en banque pendant que vous allez découper des coupons dans les circulaires pour boucler votre budget. Maintenant vous savez ce qu’Ayn Rand appelait des « pillards » et des « chapardeurs ».

A propos de l'auteur

Mon nom est Philippe. J'habite sur la rive sud de Montréal. Je suis un technicien en informatique qui aime discuter de toute sorte de sujets. Bienvenue sur mon blogue!

5 Réponses à “Des chiffres troublants”

  1. Je trouve déplaisant cette chasse aux sorcières à l'encontre des fonctionnaires. Ces rentes de reraites, ils ne les ont pas volées, ils les ont négociées par des syndicats dont nous sommes si friants avec les gouvernements imbéciles que nous avons élus. Si on veut une saine gestion de nos impôts qu'on arrête d'élire des abrutis. Vous tirez sur le mauvais canard.

    1. @ Gilles Laplante

      En réalité, je ne blâme pas les fonctionnaires eux-mêmes, je blâme leurs syndicats et les politiciens pleutres qui leur accordent tout ce qu'ils veulent. Mais il n'empêche que ça a donné lieu à une grande iniquité entre les producteurs de richesse qui travaillent au privé et qui paient la plus grande partie des impôts et les employés du secteur public. Et bien entendu, le jour ou cette iniquité sera adressée (présumément par cet espèce rare de politicien qui aurait des couilles ou par la force des choses), il y aura certainement nivellement vers le bas pour les fonctionnaires et leurs conditions de travail seront certainement ramenée sur terre au niveau de celles du privé. Entre temps, ça m'irrite au plus haut point de voir que les syndicats du public font encore des revendications d'augmentations que nous aurons à payer alors que leurs membres sont déjà gras-dur. Assez, c'est assez!

  2. Le problème majeur vient du fait que le gouvernement se met le nez où il ne devrait pas et par ce fait doit engager des milliers de fonctionnaires dont il n'aurait pas besoin s'il se mêlait de ses affaires. Comme cette attitude du gouvernement est encouragé par une foule de groupes de pression ( syndicats en premier ) et appuyé par le vote des électeurs, je ne vois pas comment on pourrait s'en sortir. Les syndicats encourage la mauvaise gestion et l'inefficacité parce que ça implique d'engager plus d'employés pour faire le même travail donc plus de cotisation pour les dit syndicats. À chaque fois qu'on parle de problèmes dans les services gouvernementaux, la solution proposée est mettre plus d'argent et engager plus de personnel. Ça fait 50 ans qu'on sait que ça ne marche pas et on continue à le dire et à le faire.

    1. @ Gilles Laplante,

      Nous ne perdons rien pour attendre. Si les choses ne changent pas bientôt, nous allons assister à l'implosion de nos gouvernements et je m'attends à vivre assez vieux pour y assister. Ce sera intéressant d'observer le Japon et l'Union Européenne. Ce sont nos canaris dans la mine de charbon.

  3. Salut Philippe,

    ce qui me sidère c'est de voir le non-sens de tout cela… Comment se fait-il qu'avec environ un travailleur québécois sur 5 (corrige-moi si je suis à côté) qui travaille pour le secteur public et qui obtiendra une telle rente de retraite, on puisse être capable de laisser aller cela? Je n'ai pas les chiffres exacts, mais je ne vois pas comment on peux envisager de maintenir des services publics, honorer de telles rentes (qui par ailleurs sont ajustés au coût de la vie; on exclut donc la presse à billet) à moins de demander aux contribuables d'emprunter pour payer leur impôt qui sera au-delà de 100% de leur revenu ou d'avoir un modèle où l'espérance de vie des employés du secteur public soit de 57 ans environ?!?!

    Il me semble que les syndicats ont des économistes ou des gestionnaires qui voient l'arnaque?

    Moi si je t'offre un versement de 1,000,000$ ajusté pour l'inflation dans 25 ans pour tondre ma pelouse pendant ces 25 années et que tu sais que mon salaire est de 20,000$ par année, tu as deux choix :

    a) tu flaires une arnaque et refuse
    b) tu réfléchis même pas, un deal c'est un deal, et même si j'ai à voler tes parents, tes frères et tes soeurs pour avoir ce montant, tu t'en balance, tant que je te donne ton argent

    C'est un peu ça qui se passe, n'est-ce pas?