La violence à l’extrême

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

La prémisse même de toute idéologie et que ce qu’elle enseigne est vrai et que tout le reste doit forcément être faux. On peut donc conclure que toute idéologie poussée à l’extrême peut mener à la violence. Personne ne peut avoir le monopole de la vertu et la minute que l’on commence à croire que nous avons ce monopole, il devient tentant d’utiliser la violence pour mâter ses opposants. Anders  Behring Breivik est certainement un exemple d’idéologie à l’extrême, couplée avec une tendance psychopathe. Malgré ce que les médias rapportent, cette idéologie est plutôt confuse d’ailleurs. Mais on s’est empressé de l’affubler d’étiquettes comme « fondamentaliste chrétien » et « extrême-droite », presque avec abandon. Ces mêmes médias associent aussi fréquemment cette étiquette d’extrême-droite et fondamentalisme chrétien aux Parti Conservateur, à la droite américaine, aux Tea Parties, aux libertariens et par la bande, à des organismes comme le RLQ. Et hop, nous voilà tous coupables par association d’un carnage insensé causé par un psychopathe.

Ce genre de raccourci intellectuel est la marque de commerce des médias traditionnels. Quoi de mieux pour traîner ses adversaires idéologiques dans la boue que des les associer à un carnage? Cependant, c’est de l’ignorance crasse. Tout comme pour Jared Loughner, la paresse intellectuelle pousse les médias à sauter aux mauvaises conclusions. Ainsi on avait aussi mis la droite américaine au banc des accusés pour cette tuerie, alors que le tueur n’y a jamais été affilié.  Les médias qui ont à tort, accusé Sarah Palin ou Rush Limbaugh d’être responsables pour la fusillade en Arizona ce sont-ils rétractés par la suite? Non, pas plus qu’ils ne se rétracteront maintenant.  Gageons maintenant que si quelqu’un s’avise de critiquer l’Islam ou le multiculturalisme, il sera irrémédiablement associé à ce malade. Pourtant, il est certainement légitime de critiquer une religion qui est mue par une idéologie totalitaire  et moyen-âgeuse, qui relègue les femmes à un statut de citoyen de seconde classe et qui inflige des châtiments barbaresques tels que la lapidation, la décapitation, l’amputation et la bastonnade pour des offenses allant de l’adultère à l’homosexualité.  Il est aussi franchement légitime de critiquer toute politique qui considérerait qu’une culture basée sur ces préceptes puisse être équivalente à la nôtre et que nous devrions l’accepter béatement et nous y adapter.

Malgré ses tendances islamophobes et anti-multiculturalistes et anti-rectitude politique, l’étiquette d’extrême-droite  est difficile à soutenir quand dans son manifeste, il cite quasi-verbatim des longs passages du manifeste de Ted Kaczinsky, mieux connu sous le sobriquet de « Unabomber », pourtant notoire de l’extrême-gauche.  Il se disait chevalier d’un ordre pourtant défunt depuis l’an 1312 et était aussi un franc-maçon. Son manifeste est un amalgame de contradictions. Il semble tout simplement utiliser diverses idéologies pour justifier sa psychose.  Anders Behring Breivik était un loup solitaire détraqué qui n’est ni vraiment à droite, ni vraiment à gauche.

Étant donné l’étiquette qu’on a trop facilement collé à Breivik, il ne sera pas surprenant que certains sortent l’épouvantail du terrorisme d’extrême-droite, seulement, pour remettre les choses en perspective, je vous laisse tirer vos propres conclusion quant au danger que représente cette menaçante extrême-droite avec ce graphique produit par l’agence policière Europol des attentats terroristes des deux extrêmes du spectrum politique:

Cliquez pour agrandir

 

Quelque soit la cause, la violence n’est jamais la solution. La violence est le recours de celui qui n’a plus d’arguments pour exprimer ses idées. Il peut alors soit appliquer la violence directe, ou par le biais de l’État, en faisant du lobbying, mais le résultat est le même au bout de la ligne: il y a violence ou menace de violence. Le libertarianisme est en fait, la seule idéologie qui dénonce la violence sous toutes ses formes, qu’elle soit légalisée ou non. Notre pacifisme nous rend résolument contre l’État, qui est l’incarnation de la violence organisée dans notre société. Nous ne croyons qu’en une seule chose: la coopération paisible entre individus. La violence et la haine ne fait que générer plus de haine et de violence. Le redressement d’un supposé tort par la violence ne fait que nous descendre au niveau de notre agresseur. L’usage de la violence discrédite irrémédiablement toute idée que vous défendez. Breivik dit dans son manifeste avoir été intéressé par le libertarianisme, mais l’a rejeté parce qu’il était en contradiction de ses instincts nationalistes. Dommage. S’il avait embrassé le libertarianisme comme philosophie personnelle, il n’aurait pas pu faire ce qu’il a fait sans renier tous ses principes.

A propos de l'auteur

Mon nom est Philippe. J’habite sur la rive sud de Montréal. Je suis un technicien en informatique qui aime discuter de toute sorte de sujets. Bienvenue sur mon blogue!

9 Réponses à “La violence à l’extrême”

  1. Quant à moi, extrême-gauche ou extrême-droite, c'est du pareil au même. Je refuse de voir ça comme une ligne, mais plutôt comme un cercle; et comme les deux extrêmes se touchent pour former le cercle, alors, c'est du presque pareil au même ! On n'a qu'à penser à Jean-Roch Villemaire qui est pour le droit du sang.

  2. Bien d'accord sur le fait qu'associer toute mouvance de droite a l'extreme droite est malahbile. Par contre, de la meme facon, associer toute mouvance de gauche au communisme (ou a sa destination finale) est commetre la meme erreur. Le probleme, c'est la fermeture d'esprit des ideologues de tout acabit; qu'ils soient de droites, de gauche, chretiens, musulmans, ou meme Libertarien (voir la position de Ron Paul en ce moment au USA au sujet de la dette americaine), les ideologues sont inflexibles dans leur position et a moins de ne jamais avoir a vivre a societee, ca ne peut que creer des conflits ou il n'y a pas de resolution possible.

  3. […] Mon billet sur Anders Behring Breivik m’a valu quelques critiques, en particulier au sujet de ma position sur l’Islam et le multiculturalisme. Permettez-moi donc de préciser ma pensée à ce sujet. […]

  4. […] Mon billet sur Anders Behring Breivik m’a valu quelques critiques, en particulier au sujet de ma position sur l’Islam et le multiculturalisme. Permettez-moi donc de préciser ma pensée à ce sujet. […]

  5. […] Mon billet sur Anders Behring Breivik m’a valu quelques critiques, en particulier au sujet de ma position sur l’Islam et le multiculturalisme. Permettez-moi donc de préciser ma pensée à ce sujet. […]

  6. […] Mon billet sur Anders Behring Breivik m’a valu quelques critiques, en particulier au sujet de ma position sur l’Islam et le multiculturalisme. Permettez-moi donc de préciser ma pensée à ce sujet. […]

  7. […] Mon billet sur Anders Behring Breivik m’a valu quelques critiques, en particulier au sujet de ma position sur l’Islam et le multiculturalisme. Permettez-moi donc de préciser ma pensée à ce sujet. […]

  8. N'importe quoi, il n'y a pas de débat ici et d'autre part, le graphique est absurde. La droite, elle est aussi au pouvoir et les crimes d'État, dans ce graphique, sont totalement ignorés.

    Alors on oublie les Coups d'État nombreux de Washington et de ses acolytes à travers la planète (plus de 45 par les USA seulement, en moins de 50 ans!), etc..

    Ça ne fait pas sérieux que de critiquer le terrorisme, en signalant les lancers de roches par des manifestants en Europe, comme le fait Europol. C'est ridicule! En Russie, les immigrants sont assassinés, poignardés, par les fanatiques nationalistes, Europol les documente-t-elle? Aucune idée! Mais quand un anarchiste lance une roche, il devient un terroriste.

    Quand le policier donne de la matraque gratuitement, cela n'est pas perçu comme un acte de terrorisme, mais ce matraquage a lieu sous la main armée d'un manifestant, ça devient du terrorisme.

    Ras le bol des doubles-mesures pour ma part et quant aux extrêmes, ils ne sont que réalité, vérités et le libertarianisme en fait partie. le milieu, le centre, quant à moi, n'est que la conciliation de classe dans laquelle nous nous vautrons depuis trop longtemps, laissant le pouvoir à la droite idéologique plus qu'à la gauche pratique.

    On nous impose les dogmes du capitalisme, quelque soient les effets de l'absence du partage des richesses en son sein. C'est du totalitarisme, puisque sachant que le capitalisme ne partage pas et ne partagera jamais la richesse, il est absurde de vouloir en imposer ses règles, qui en font également fi.

    1. @ Sylvain Guillemette

      Si on devait inclure les crimes d\’État, le résultat serait probablement le même vu les cent millions et des poussières qui ont été victimes du communisme.