Le mythe de la gauche bienveillante

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (7 votes, average: 3,57 out of 5)
Loading ... Loading ...

Selon cette chronique de David Descoteaux:

« Le plus grand succès de la gauche est d’avoir fait passer les gens de droite pour des sans-cœur, écrivait-il. Des gens qui ne pensent qu’à l’argent, et qui rêvent d’un monde où règne la loi de la jungle, la loi du plus fort.

Et disons-le franchement, beaucoup de gens à droite ne s’aident pas beaucoup, et leur donnent raison… »

Richard Martineau abonde dans le même sens dans sa propre chronique:

“À la gauche efficace de Lisée, le Réseau Liberté Québec, la Coalition pour l’avenir du Québec, l’ADQ et l’Institut économique de Montréal doivent proposer une droite sentimentale.

Un peu moins de dogme, un peu plus d’émotion.

Un peu moins de « Je », un peu plus de « Nous ».”

Je ne suis pas tout à fait d’accord. Le plus grand accomplissement de la gauche a été de nous faire croire qu’elle est vertueuse et qu’elle seule est bienveillante et défend la veuve et l’orphelin. Dans la réalité, c’est tout à fait faux. Oh, ce n’est pas les bonnes intentions qui manquent, mais les résultats n’ont jamais été à la hauteur de leurs intentions. Or, ce sont au final les résultats qui comptent et non les voeux pieux.

La gauche a toujours été une fraude intellectuelle qui consiste à faire croire aux masses qu’on peut avoir quelque chose sans jamais avoir à travailler pour le produire. Elle propage l’idée qu’on peut avoir un niveau de vie élevé sans jamais fournir d’effort. Elle se nourrit de l’ignorance des gens ce qui explique pourquoi notre système d’éducation est si exécrable. Depuis que l’humanité existe, l’homme a toujours dû composer avec la réalité que s’il veut survivre, il doit faire deux choses: 1) produire afin de se nourrir et 2) se protéger des intémpéries, maladies, blessures, animaux sauvages et tout autre phénomène naturel qui cherche à le tuer. L’équation est simple. S’il néglige l’un ou l’autre, il est mort.  Même lorsqu’il vit en société, il doit tenir compte du fait qu’il doit contribuer à la richesse collective. La droite ne cesse de rappeler ce fait, alors que la gauche prêche tout le contraire. Pour elle, il est admissible de vivre en société sans y contribuer. Pire encore, elle considère ça comme un droit! Face à cette pensée magique, la droite n’a aucune chance.

L’idée de charité, pour la gauche, passe toujours par l’état. Elle consiste toujours à confisquer aux plus productifs une partie des fruits de leur labeur et le redistribuer aux incapables et aux incompétents et au passage, enrichir d’innombrables fonctionnaires. Mais l’élite gauchiste ne s’oublie pas. Elle prétend vouloir aider les plus pauvres de la société, mais étrangement, les programmes destinés aux pauvres, sont toujours disponibles également aux plus aisés. Pourquoi donc? Ne suffirait-il pas de pourvoir seulement pour ceux qui en ont besoin? Absolument pas! Ils veulent également bénéficier de ces programmes parce que leur but inavoué n’est pas d’aider les pauvres, c’est le parasitisme. Pourquoi seulement aider les pauvres quand ils peuvent aussi profiter de la manne? Ainsi, il faut absolument  que nous ayons coûte que coûte que nous ayons un système de santé universel et gratuit parce qu’eux aussi veulent la gratuité, pas seulement pour les pauvres. On ne pourrait même pas leur parler d’un système pondéré selon les revenus, mais ce sont les droitistes qui sont dogmatiques. Ce sont les droitistes qui sont intransigeants selon la sagesse populaire.

Non seulement la gauche ne préconise que des solutions étatiques, mais leurs solutions nuisent le plus souvent à ceux qu’ils sont sensés aider. Pensons au salaire minimum qui force les jeunes au chômage, ou les garderies à 7$ dont les pauvres ne peuvent profiter par manque de places. Les campagnes contre des commerces comme Walmart, qui pourtant permettent aux pauvres d’étirer leur budget. Ou la lubie écologiste qui a permis de subventionner l’éthanol et a causé une crise alimentaire dont on ressent encore les effets.

D’ailleurs, aident-ils les pauvres avec leur propre argent? Selon plusieurs études sur les dons de charité privés, les gens se disant de gauche donnent considérablement moins que ceux qui se disent à droite.  Donc les gauchiste sont énormement en faveur d’aider les pauvres, mais seulement si c’est les autres qui paient. Le phénomène est le même pour le travail bénévole. Alors lesquels sont les véritables égoïstes? Ceux qui donnent de leur propre temps et argent, ou ceux qui forcent les autres à donner?

Dans mon livre à moi, la gauche n’a absolument rien à apprendre à la droite du côté de la compassion.

A propos de l'auteur

Mon nom est Philippe. J'habite sur la rive sud de Montréal. Je suis un technicien en informatique qui aime discuter de toute sorte de sujets. Bienvenue sur mon blogue!

10 Réponses à “Le mythe de la gauche bienveillante”

  1. "Selon plusieurs études sur les dons de charité privés, les gens se disant de gauche donnent considérablement moins que ceux qui se disent à droite."

    Ça m'intéresserait de pouvoir jeter un oeil sur ces études. Vous avez un(des) lien(s) ? Merci.

    1. @ Luc

      J\’ai dit que je n\’était pas tout à fait d\’accord dans le sens que le plus grand exploit de la gauche n\’est pas de faire passer les droitistes pour des sans-coeurs, mais plutôt qu\’elle se fait passer pour vertueuse quand c\’est faux dans les faits.

      @ M.H.

      Une de ces études provient du Fraser Institute. Elle démontre que les plus grands donneurs privés sont généralement plus conservateurs aux États Unis comme au Canada. Au Canada, les manitobains et les albertains sont en tête de liste, alors que les québécois qui ne cessent de se targuer d\’être les plus sociaux-démocrates, sont en peloton de queue.

    2. Si on prend pour acquis qu'on est les plus gauchistes de l'Amérique du nord… http://www.fraserinstitute.org/uploadedFiles/fras

      1. oups… j'aurais dû lire ton commentaire Philippe….

  2. Je suis d'accord avec ton texte, mais ce n'est pas vraiment sous cet angle que David et Richard ont porté leurs argumentations… Donc, c'est un complément, pas une mise au point !!!

    1. Au contraire. Philippe montre clairement que la gauche utilise des sophismes pour vendre ses illusions (on ne peut pas appeler ça des rêves). Elle est si populaire parce que trop de citoyens ignorent que ce sont justement des sophismes.

      J'ajouterais à cet excellent texte que les médias n'aident pas. À l'exception des journaux Québécor, qui sont plus équilibrés, tous les médias québécois penchent à gauche. C'était plus qu'évident aux dernières élections, alors qu'on continuait de descendre les Conservateurs comme des méchants incultes.

  3. Ce texte est très bien écrit et il est agréable à lire car il exprime clairement ce que je pense …

    Bravo Philippe!

    Marie Madeleine

  4. [...] mais je m’y joindrai vers 21h00. Il sera question de mes billets de la dernière semaine (ici, ici et ici) et de mon dossier sur la santé. Ne manquez pas [...]

  5. [...] y a un peu plus d’une semaine, dans ce billet, je prétendais que la pensée gauchiste était fondée sur la fraude intellectuelle. La vidéo si [...]

  6. [...] deux fois en moins d’une semaine que je corrige des textes malhonnêtes. Je le réitère: la vision gauchiste québécoise est basée sur la fraude et la malhonnêteté intellectuelle. Partager [...]