Idéologie en faillite…

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Pour tous les Michael Moore, Oliver Stone et Sylvain Guillemette. Ce n’est pas moi qui le dit mais le Lider Maximo lui-même…



‘The Cuban model doesn’t even work for us anymore’: Castro


Jeff Franks, Reuters, with files from National Post · Wednesday, Sept. 8, 2010

Havana — Fifty years after the Cuban Revolution, Fidel Castro has admitted the country’s economic model no longer works.

The former Cuban president also said he was wrong to urge the Soviet Union to launch nuclear weapons against the United States during the 1962 Cuban Missile Crisis.

“After I’ve seen what I’ve seen, and knowing what I know now, it wasn’t worth it all,” he told Jeffrey Goldberg, a writer for the Atlantic Monthly magazine during a wide-ranging interview.

On his blog for the Atlantic, Mr. Goldberg reveals how he was phoned while on vacation a few weeks ago by the head of the Cuban Interest Section in Washington who said Mr. Castro wanted to discuss with him a recent article he had written on Iran and Israel. After flying to Cuba he was met by a “frail and aged Fidel … wearing a red shirt, sweatpants and black New Balance sneakers.”

During the course of their first five-hour discussion, Mr. Castro warned the United States and Iran that they were heading for nuclear confrontation and urged Israel to give up nuclear weapons.

“The Iranian capacity to inflict damage is not appreciated,” he said. “Men think they can control themselves, but [U.S. President Barack] Obama could overreact and a gradual escalation could become a nuclear war.”

He also criticized Mahmoud Ahmadinejad for denying the Holocaust and said the Iranian leader’s anti-Semitism did not help the cause for peace.

“I don’t think anyone has been slandered more than the Jews. I would say much more than the Muslims. They have been slandered much more than the Muslims because they are blamed and slandered for everything. No one blames the Muslims for anything,” he said.

“The Jews have lived an existence that is much harder than ours. There is nothing that compares to the Holocaust.”

Mr. Castro, who formerly declared Cuba a socialist state in 1961 and himself a Marxist Leninist, was asked if Cuba’s model — Soviet-style communism — was still worth exporting to other countries and he replied, “The Cuban model doesn’t even work for us anymore.”

The comment appeared to reflect Mr. Castro’s agreement with his younger brother, President Raul Castro, who has initiated modest reforms to stimulate Cuba’s troubled economy.

Mr. Goldberg said Julia Sweig, a Cuba expert at the Council on Foreign Relations think-tank in Washington who accompanied him to Havana, believed Mr. Castro’s words reflected an acknowledgment that “the state has too big a role in the economic life of the country.”

Such sentiment would help President Castro, who took over from his brother in 2008, against those members of the ruling Communist Party who oppose his attempts to loosen the state’s hand, Ms. Sweig told Mr. Goldberg.

Mr. Castro, since emerging in July from four years of seclusion following intestinal surgery, has become an anti-nuclear weapons crusader expressing concern about the future of the world.

Ms. Sweig said the 84-year-old Mr. Castro was at an early stage of reinventing himself as a senior statesman on the world stage.

During their visit, Mr. Goldberg and Ms. Sweig also went with Mr. Castro, at his invitation, to see a dolphin show at Cuba’s National Aquarium in Havana.

They were accompanied by local Jewish leader Adela Dworin, who Mr. Castro kissed in front of the cameras in a possible message to Iranian leaders, Mr. Goldberg said in his blog on Wednesday.

And asked if his illness had caused him to change his mind about the existence of God, Mr. Castro replied, “Sorry, I’m still a dialectical materialist.”

Reuters, with files from National Post

Read more: http://www.nationalpost.com/news/Cuban+model+doesn+even+work+anymore+Castro/3497270/story.html#ixzz0z1vD8orr

Et tout juste après la publication de ma critique du système de santé de Cuba… Du bonbon 😀

A propos de l'auteur

Mon nom est Philippe. J’habite sur la rive sud de Montréal. Je suis un technicien en informatique qui aime discuter de toute sorte de sujets. Bienvenue sur mon blogue!

13 Réponses à “Idéologie en faillite…”

  1. Discussion:
    Que voulez-vous, c’est de la faute à l’Embargo Américain.
    Mais, l’Europe?
    La Chine?
    L’Amérique Latine?
    Le Moyen-Orient?
    Le Canada?
    L’Inde?
    Veulent-ils vraiment investir à Cuba?

    1. Et que va faire Chavez, maintenant que sont mentor a désavoué son propre modèle??? 😀

  2. Félicitations pour les dossier sur la santé très bien documentés! Très intéressant… à suivre.

  3. @Philippe,

    Bonne question; Chavez doit maintenant se débrouiller sans son maitre et il ne faut pas oublier l'actuel président de la Bolivie Evo Morales qui voulait suivre leur traces.

    Michel Chartrand doit sans doute être en train de retourner dans sa tombe et Léo-Paul Lauzon qui vantait tant Cuba,… et si ma mémoire ne me joue pas de tour, Noam Chomsky ne ventait-il pas lui aussi Cuba? 

  4. Mais que serait Cuba aujourd'hui sans l'intervention de Castro à l'époque et son idéologie ? Un autre Haïti et analphabète?  D'autre part c'est certains que le modèle actuel qui persiste est à revoir, tout comme l'est le nôtre en Amérique.

    1. @Maladroite

      Sans vouloir pardonner les excès de Batista, les faits demeurent que Cuba à l'ère pré-révolutionnaire était un des pays les plus prospères de l'Amérique Latine. (Autre référence ici.)

      Avant la révolution castriste:

      – Son taux de mortalité infantile était le 13e plus bas au monde
      – Son taux d'alphabétisation de 76% était le 4e plus élevé en Amérique Latine
      – Cuba était 3e en Amérique Latine en terme de consommation alimentaire.
      – Cuba était 5e au monde pour le nombre de téléviseurs per capita.
      – Cuba avait 58 journaux indépendants et était 8e au monde pour le nombre de stations de radio.

      On peut se poser la question si Cuba serait mieux ou pire, mon impression est que Cuba aurait continué d'être un des pays les plus prospères en Amérique Latine et n'aurait certainement pas été comme Haïti.

  5. D'un sens, j'ai l'impression que Cuba aurait fait comme Puerto Rico. Ou peut-être qu'il aurait été le 51ème état comme Hawaii.

    Cependant, on voit bien le fait que le régime Cubain allait finir par exploser tôt au tard, en particulier lorsque Cuba n'avait plus aucun partenaire pour vendre sa sucre, et cela particulièrement du fait que la solution du Vénézuela ne va fort probablement ne pas durer éternellement.

    Cependant, à tout les anti-impéralistes (qui étaient étrangement souvent pro-Soviétiques avant la chute du mur), pourriez-vous me dire comment déterminez-vous le modèle Cubain comme exemple lorsque celui-ci a des médias totalitaires, des prisonniers politiques et cela avec une classe de leaders politiques et de haut placés du parti  qui ont accès à n'importe quoi, alors que la population générale doit vivre dans la servitude la plus totale?

  6. La tragédie dans le modèle cubain fut la longueur de son application et son étendue. Cette tragédie fut causée par l’échec des Kennedy. Au lieu d’un minus débarquement à la Baie des Cochons, j’aurais, à la place de Washington, envahi l’île avec une force majeure, un an et demi après la dite révolution (début 1961), alors que les forces rebelles étaient encore secouées. J’en aurais profité pour tout de suite faire arrêter le Che ; le personnage clé de cette révolution ainsi que des batailles sanglantes et l’entrée de l’idéologie communiste sur le continent sud-américain. Un coup l’île occupée, les Soviétiques n’aurait pas pu avoir un pied bien posé en Amérique, et n’aurait certainement pas pu installer leur batterie d’ICBM pointant la côté Est américaine.

    Au lieu de ça, il y a eu la crise des missiles, il y a eu un demi-siècle de régime castriste« backé» par l’URSS, 50 ans de misère noire pour un grand peuple comme celui de Cuba. Le Che a fait des siennes sur le continent, spécialement en Bolivie. Puis, que dire de ce sympathique personnage qu’est Hugo Chavez … qui est à quelque part, un autre enfant idéologique du Che.

    Les mauvaises décisions des Kennedy ont coûté très cher aux Antilles et à une bonne partie de l’Amérique du Sud. Elles ont également mis en danger la sécurité de l’Amérique du Nord.

    FraddéP.S : «Reconnais le moment favorable» – Pittacos de Mytilène

  7. @ <cite></cite><a title="Philippe" href="http://minarchisteqc.com/&quot; rel="nofollow">Philippe

    Je viens de copier votre message du <abbr title="Dimanche, septembre 12th, 2010, 5:11 ">12 septembre 2010 à 5 h 11 sur le site de Radio Canada.</abbr>

    <abbr title="Dimanche, septembre 12th, 2010, 5:11 ">Ce n'est pas dans mes habitudes, mais il était parfait pour commenter cet article:</abbr>
    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Internationa

  8. @Kevin:

    Ma solution est simple, scrappons l'embargo. Comme cela le gouvernement Cubain va devoir trouver une autre excuse pour avoir amené la servitude aux gens qui habitent Cuba.

  9. @Fraddé
    Vous voyez le problème d’un angle étatiste. Votre idée aurait été efficace mais demande aux USA d’être encore plus les policiers du monde alors qu’ils ne devraient avoir une politique de non-agression. Les méthodes des services secrets et de l’organisation militaire ont l’avantage d’être efficace mais ne sont absolument pas justifiable. Il est impossible d’être cohérent en mélangeant étatisme et les principes d’un état de droit. Le défaut de la majorité de ceux qui sont peu interventionnistes, c’est qu’ils ont les principes maléables. On ne peut pas gaspiller l’argent public dans des projets d’artistes fucké mais on peut le donner à Bombardier. You know, both just don’t make sense!
     
    Prochaine suggestion…

  10. Une telle réponse me dit qu’on est en présence de deux visions concernant l’enjeu de la sécurité nationale. De mon côté, je penche plus pour la droite traditionnelle, qui veut que l’État gère essentiellement la sécurité nationale, l’immigration et les relations étrangères.

    Fraddé

    P.S : «Reconnais le moment favorable» – Pittacos de Mytilène

  11. hell yeah!!! )