L’inutilité totale des médias québécois

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 3,00 out of 5)
Loading...

vendeur journauxAlors que la nouvelle du Climategate se répand comme un feu de poudre à travers l’internet, dans les médias québécois francophones, c’est le vide presque total. La nouvelle qu’un hacker aurait piraté les systèmes informatiques de l’Unité de Recherche Climatique de l’Université d’East Anglia en Grande-Bretagne et rendu public plusieurs documents et courriels de scientifiques indiquant qu’il y aurait eu collusion entre ces scientifiques pour falsifier ou détruire certaines données ou empêcher la publication d’articles contraires à la thèse réchauffiste a commencé de faire le tour de la blogosphère le 21 novembre, mais comme le rapporte Martin Masse dans le Blogue du QL, seul François Cardinal de La Presse a daigné rapporter la nouvelle, (Je n’ai rien trouvé dans le J de M ou Le Devoir) et encore, il fait tout pour la minimiser.

Il semblerait qu’on a d’ores et déjà décidé de traiter les québécois comme des champignons. On les garde dans le noir et on les nourrit de fumier. Les québécois ne sont tout simplement pas assez intelligents, je suppose du moins que c’est l’opinion de nos journalistes et notre classe politique. Vive le royaume de la pensée unique! Juste une chose à faire avec nos journaux: Les foutre dans notre bac vert… Et ils osent critiquer Fox News.

A propos de l'auteur

Mon nom est Philippe. J’habite sur la rive sud de Montréal. Je suis un technicien en informatique qui aime discuter de toute sorte de sujets. Bienvenue sur mon blogue!

45 Réponses à “L’inutilité totale des médias québécois”

  1. @ Philippe,

    Le Devoir a publié hier une dépêche de l'Associated Press qui dit à peu près la même chose que Cardinal dans La Presse d'aujourd'hui, c'est-à-dire qu'elle minimise la portée du scandale en ne parlant que d'un seul courriel de Jones et en donnant uniquement sa réaction et celle de l'Université d'East Anglia. Le message est que dans cette histoire, les méchants sont les sceptiques du climat qui veulent faire dérailler Copenhague, rien de plus.

    http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-

    Il semble n'y avoir strictement aucune mention dans tous les autres médias québécois, ceux dont les nouvelles sont répertoriées sur le Web en tout cas. Ni d'ailleurs dans la Gazette et le Globe and Mail. Ça ressemble vraiment au bon vieux temps de la Pravda.

    1. Merci Martin. Il semblerait que François Cardinal et Le Devoir se sont tous deux basés sur la même dépêche de l'AP. c'est le fun comment nos médias dénigrent allègrement Fox news et se font l'outil de propagande du culte réchauffiste au point qu'il est flagrant qu'ils n'ont aucune objectivité. S'ils s'étaient donnés la peine d'aller lire les courriels à la source, ils auraient eu le devoir d'en dire plus et de reviser leur position. Quant à Copenhague, je soupçonne effectivement que le timing de la fuite n'est certainement pas un accident.

  2. Et ils osent critiquer Fox News

    C'est dans la même veine que d'essayer de minimiser les mails…

    En m'obstinant avec quelqu'un à ce sujet hier, j'ai fini par avoir la réplique que voici : "De nier le réchauffement climatique, c'est comme de dire que la terre est pas ronde"

    C'est là que j'ai arrêté de m'obstiner…

    1. @ Waried

      « De nier le réchauffement climatique, c’est comme de dire que la terre est pas ronde »

      La terre est ronde?!?!?

      Sérieusement, il était évident que toute la thèse du réchauffement tenait de la ferveur religieuse, la minute qu'ils ont commencé à parler d'un «consensus scientifique».

  3. Y en a-t-il encore pour douter que les environnementeurs ne sont pas une secte religieuse?

    Ben oui… ceux qui en font parti !!!

  4. Y en a-t-il encore pour douter que les environnementeurs ne sont pas une secte religieuse?
    Voici ce que j’ai écrit il y a une certains temps:
    http://web.cgaspesie.qc.ca/crioux/wordpress/?p=413
    En conclusion je disais qu’il fallait enlever le débat d’entre les mains de fanatiques religieux pour le placer entre les mains de scientifiques objectifs.  Malheureusement, il semble que certains scientifiques font partie de la secte.
     
     

  5. En plus, toutes les sources qu'ils me citaient étaient des sites d'environnementeurs…

     

    C'est comme d'envoyer quelqu'un sur le site de McDo pour lui prouver que c'est super bon pour la santé.

    1. Voici ce qu’en dit George Monbiot du journal The Guardian:

      «I have seldom felt so alone. Confronted with crisis, most of the environmentalists I know have gone into denial. The emails hacked from the Climatic Research Unit (CRU) at the University of East Anglia, they say, are a storm in a tea cup, no big deal, exaggerated out of all recognition. It is true that climate change deniers have made wild claims which the material can’t possibly support (the end of global warming, the death of climate science). But it is also true that the emails are very damaging.»

      Ce journaliste est un ardent défenseur du réchauffisme, mais au moins il a démontré de l’objectivité en allant lire les courriels et les documents et en rapportant les faits. Serait-ce trop demander des médias québécois de faire de même? La couverture médiatique sur le sujet au Québec est parfaitement risible.

  6. Serait-ce trop demander des médias québécois de faire de même? La couverture médiatique sur le sujet au Québec est parfaitement risible.

    Ici, on aime mieux parler de sujet facile à couvrir comme la finale d'occupation-double, la grippe et les inconnus qui se s'ont présenté au souper de la maison-blanche…. et le Canadien de Montréal,  bien entendu !

    Tous sujets qui risquent d'amener des contestations hors du cercle normal de ce qu'on peut contester (comme l'état des routes et les files d'attentes dans les urgences) quasiment aucun journaliste ne peut le faire sous peine de se faire sacrer dehors….

    C'est pas ici qu'on aurait un Glenn Beck… Rappelez-vous ce qui est arrivé à Jeff Fillion… Sylvain Bouchard devrait, d'ici quelques temps, subir le même sort! Ça sera juste plus long, car il est plus "soft"

  7. Philippe,

    J'aimerais bien avoir ton opinion sur mon billet d'aujourd'hui sur ce sujet:

    http://minarchiste.wordpress.com/2009/11/27/role-

  8. […] Politique de Christian Rioux Minarchiste: L’inutilité totale des médias québécois Blogue de Jacques Brassard(Ancien ministre de l’environnement et des transports sous al […]

  9. Pas une journée sans voir 3 articles pour chaque média qui parle d'une manière ou d'une autre du fait qu'il y a réchauffement climatique, ca me rappelle les médias français qui nous appelaient à voter oui à la constitution européenne.

    Je suis l'actualité scientifique de près mais je me rends compte que j'ai trop de pommes pourries dans mes sources. Si vous avez de bons sites d'actualités scientifiques je suis preneur 😉

  10. Perso je m'en fout que la planete se rechauffe ou refroidisse…dans 45 ans je serai mort anyway fas que …

    Mais y'as une chose qui est fuckin evidente et logique…y'as trop de pollution et ca doit avoir un effet negatif sur notre environnement…si les chercheurs peuvent mettre au point au plus criss des batteries pour avoir des bagnoles electrique abordable ca seras deja ca de gagne

    1. @ Stephane. G

      Je n’ai rien contre les voitures électriques comme tel, mais conne Christian l’a expliqué, c’est pas la panacée. Je crois que l’avenir ira éventuellement vers l’hydrogène et personnellement, j’ai bien hâte de voir ça. Mais je crois que c’est quelque chose que le marché doit déterminer selon ce que les consommateurs veulent et non décidé par les politiciens.

  11. @Stephane G
    La voiture électrique c'est une autre idée aussi stupide que l'éthanol.
    Pour produire de l'éthanol, ils ont cultivé des milliers d'hectares de terre agricoles  pour faire du combustible, alors que des gens meurent de faim.  Résultat: le prix de la nourriture a augmenté.
    Les voitures électriques c'est semblable.  La voiture ne pollue pas, mais pour produire toute cette électricité, ailleurs qu'au Québec on la produit dans des centrales au charbon, centrale thermiques ou nucléaire, donc ca pollue quand même!  En plus les piles contiennent plein de produits toxiques. Dans beaucoup de pays, il n'y a de l'électricité que dans les grands centres.
    Donc on est loin de la solution miracle
     

  12. La production d'électricité de plus nécessaire afin de combler le besoin des voitures électroniques est bien moins dommageable que les voitures tradtionnelles, si vous produisez l'électricite grace à l'énergie éolienne, solaire (peu productives), hydroélectrique, nucléaire (très productive).  C'est une excellente solution…pour les pays développés. Le Québec est probablement l'un des endroits le mieux placé dans le monde. Cela nous rendrait indépendant du cours du pétrole.

    Le recyclage des batteries est faisable et serait la responsabilité du fabricant, qui pourrait de toute manière reutilisé son propre produit afin de faire de nouvelles batteries.

    La voiture a hydrogène est pour l'instant hors de portée, puisqu'il n'y a pas de facon de produire de l'hydrogène à bas prix.

    En ce qui attrait au CRU, rien ne prouve que leurs modèles ont été intentionnellemetn faussé. Et même si ca serait le cas, cela ne change rien aux données de base (recueillis par des organisations qui n'ont rien à voir avec le CRU). Cela ne change rien aux modèles fait par la NASA ou par d'autres organismes.

    1. @ Simon Bernier

      La production d’électricité de plus nécessaire afin de combler le besoin des voitures électroniques est bien moins dommageable que les voitures tradtionnelles, si vous produisez l’électricite grace à l’énergie éolienne, solaire (peu productives), hydroélectrique, nucléaire (très productive). C’est une excellente solution…pour les pays développés. Le Québec est probablement l’un des endroits le mieux placé dans le monde. Cela nous rendrait indépendant du cours du pétrole.

      Le problème est que hors du Québec, la plupart de l'électricité produite vient de centrales au charbon ou au mazout. Le nucléaire est farouchement combattu par les groupes écolos. L'énergie solaire et éolienne ne suffisent pas. Ça démontre plutôt bien l'incohérence des partisans du réchauffisme.

      Le recyclage des batteries est faisable et serait la responsabilité du fabricant, qui pourrait de toute manière reutilisé son propre produit afin de faire de nouvelles batteries.

      Pour l'instant il est très couteux.

      En ce qui attrait au CRU, rien ne prouve que leurs modèles ont été intentionnellemetn faussé. Et même si ca serait le cas, cela ne change rien aux données de base (recueillis par des organisations qui n’ont rien à voir avec le CRU). Cela ne change rien aux modèles fait par la NASA ou par d’autres organismes.

      Une très grande partie des données sur lesquelles s'appuient le GIEC proviennent du CRU. Si leurs données et leurs modèles ont été trafiqués, ça pourrait invalider bien des choses. Une enquête serait souhaitable pour faire la lumière là-dessus. Et ça ne change rien au fait que la couverture médiatique au Québec est déplorable.

  13. Le CRU ne créent pas de données. Ils font des modèles basés sur les données recueillient par des satellites, des stations métérologies, des expéditions scientifiques etc… qui n'ont rien à voir avec le CRU. Le CRU, c'est une équipe d'une trentaine de scientifiques qui travaillent à l'université d'East Anglia (UK). Ils produisent des "data sets", des modèles construient à partir des données. La NASA a ses propres data sets, le NOAA a ses propres data sets…

    Les rapports du GIEC sont le résultat d'une coopération entre un grand nombre d'individus et d'organismes. Leurs données proviennent d'un grand nombre de source et le CRU n'est qu'un des acteurs parmi tant d'autres.

    http://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar4/syr/

    Il est déplorable que la majorité du mouvement écologiste soit contre l'énergie nucléaire. Par contre, une partie du mouvement supporte cette énergie, inspiré par nombre de scientifiques (dont James Lovelock), qui souligne le fait qu'il soit impossible à moyen terme de satisfaire nos besoins énergétiques exclusivement avec les énergies vertes.

    Le recyclage de batteries se fait déjà. Une compagnie comme Nova Pb "recycle 90 000 tonnes métriques de plomb par année à son usine de Ville Sainte-Catherine, en banlieue de Montréal sur la rive sud du Saint-Laurent. " Je ne sais combien coute le recyclage d'une batterie, mais je sais que 1)la technologie existe 2)il y a des entreprises spécialisés dans le domaine 3)le prix des ressources naturelles va vers la hausse sur le long terme, ce qui rentabilise le recyclage.

    1. @ Simon Bernier

      Le CRU ne créent pas de données. Ils font des modèles basés sur les données recueillient par des satellites, des stations métérologies, des expéditions scientifiques etc… qui n’ont rien à voir avec le CRU. Le CRU, c’est une équipe d’une trentaine de scientifiques qui travaillent à l’université d’East Anglia (UK). Ils produisent des « data sets », des modèles construient à partir des données. La NASA a ses propres data sets, le NOAA a ses propres data sets…

      Voici ce que les fuites du CRU démontrent:

      1- Qu’il y a possiblement eu du trafiquage dans les data sets et les modèles du CRU et que des scientifiques et programmeurs auraient volontairement modifier certains modèles pour soutenir leurs conclusions.

      2- Que ces scientifiques auraient aussi tenté de corrompre le processus de revue par les pair pour empêcher des papiers aux opinions divergentes d’être publiés dans des revues scientifiques ou d’être inclus dans le rapport du GIEC.

      3 – Que ces scientifiques auraient aussi supprimé des datasets qui étaient sujets à une demande en vertu du droit d’accès à l’information.

      Je ne dirai pas que ça invalide complètement la théorie du réchauffement, mais ça soulève quand même quelques questions quant à la fiabilité des données sur lesquelles sont basées cette théorie, quant à l’agenda politique de certains protagonistes de la théorie du réchauffement anthropogénique, et aussi quant au soi-disant consensus qui est supposé exister. On peut également se demander si de telles machinations ne se passent pas aussi ailleurs qu’au CRU. Et si ce n’était que la pointe de l’iceberg?

  14. […]souligne le fait qu’il soit impossible à moyen terme de satisfaire nos besoins énergétiques exclusivement avec les énergies vertes.

    Les besoins énergétiques ne sont déjà pas satisfaits aujourd'hui, ni les besoins en nourriture ou en eau. Le problème n'est pas technologique. Le problème c'est les Etats et leurs régulations, leurs ingérences dans le marché et le retard que cela fait prendre à différentes alternatives.

    Le nucléaire et l'hydrogène ont aussi leurs problèmes, que ce soit leur approvisionnement ou leur stockage. Ils ne résoudront de toutes façons rien d'eux mêmes avec l'Etat comme chaperon.

    Pour le ClimateGate, je pense pas que ca changera quoique ce soit. Ca fait longtemps que je suis persuadé que ca ne sert à rien de chercher à lutter, il vaut mieux chercher à construire autre chose à côté. Il y aurait eu plus d'impact si ils nous avaient sorti un vrai rapport avec données brutes et interprétation qui aurait démontré que le réchauffement n'était que passager et dû au soleil ou autre facteur.

    Se concentrer sur quelques "cons"-conspirateurs, ca fait leur jeu, "ils" savent très bien comment manier les masses pour que la population ne s'en préoccupe pas.

     

  15. "Et si ce n’était que la pointe de l’iceberg? "

    Alors on parlerait d'une conspiration impliquant des milliers de personnes sur cinq continents, incluant la NASA, incluant la majorité des universités du monde, les stations métérologiques, il faudrait que ca soit une falsification fait avec rigueur, discrétion et à grande échelle.

    Je suis ne pas un conspirationniste et je ne vais pas commencer à assumer, je ne vais pas poser ma réflexion sur des "si", parce que sinon je peux validier n'importe quel théorie, de la scientologie aux raeliens, de 2012 à Nostradamus.

    Le débat sur ces modèles ne porte pas sur la falsification. La question est : est-il possible de faire un modèle crédible ou malgré toute les données disponibles, les modèles seront toujours incomplet ? Beaucoup de scientifiques doutent des modèles du GIEC, mais peu d'entre eux doutent du réchauffement climatique. Beaucoup critiquent le ton alarmiste de certains écologistes, mais peu d'entre nient le réchauffement.

    "quant à l’agenda politique de certains protagonistes de la théorie du réchauffement anthropogénique"

    Mais bien sur que certains vont utiliser l'écologisme de facon opportuniste ! Mais bien sur certains vont la politiser ! Tout comme les think tanks libertaien politise leur idéologie, ou les socialistes avec leur idéologie, ou la ligue de la protection des noires vont politiser le débat racial. C'est dans la nature des idéologies de prendre une facette politique dans notre société : si vous voulez faire passez votre point, vous devez vous regrouper et scander votre point de vue. Est-ce que certains écologistes exagèrent ? Bien sur ! La question du nucléaire est a mon avis, un excellent exemple, mais il y en a plusieurs autres. Mais cela ne change rien au fond du débat, qui est 1)l'existence du réchauffement 2)l'impact plus que probable de l'homme sur le climat.

    "soi-disant consensus qui est supposé exister"

    Si ca peut vous faire plaisir, on peut parle d'une "opinion partagée parmi au minimum 80% des scientifiques et une très grande majorité des climatologistes". On peut discuter longtemps sur "l'intensité" du réchauffement, mais on ne peut le nier.

    Mais bon comme je le souglines souvent, dans ce débat, au bout du compte le plus important c'est diminuer le taux de pollution (peu importe sa source) afin de a)maximiser la productivité des ressources naturelles b)diminuer les déchets (sous toutes ses formes) afin de ne pas intoxiquer les écosystèmes et les organismes vivants. Les mesures ne doivent pas visent QUE les gaz à effet de serre et les groupes écologistes font souvent l'erreur de laisser trop de place à la question du réchauffement climatique par rapport aux autres problèmes environnementaux (et par la bande, économiques).

    1. @ Simon Bernier

      Personne ne nie qu'il y a eu réchauffement, du moins jusqu'à 1998. Là ou il y a matière à discussion c'est:

      Est-ce vraiment un problème, sachant que le climat terrestre a déjà été plus chaud qu'aujourd'hui et que la concentration de CO2 a déjà été plus élevée.

      Est-ce que le réchauffement est véritablement dû à une augmentation de CO2 dans l'atmosphère et si la cause est anthropogénique.

      Si le réchauffement va reprendre. Parce que ça ne se réchauffe plus depuis une décennie, malgré que les émissions de CO2 continuent d'augmenter.

      Même si le réchauffement recommençait, est-ce que ça donnerait vraiment lieu aux prévisions apocalyptiques que les éco-catastrophistes essaient de nous faire gober?

      Considérant les points 1 à 4, pourquoi est-il nécessaire de balancer des billions sur la réduction des émission de carbone, des taxes sur le carbone, des bourses de carbone, etc. Ainsi que d'instituer une gouvernance mondiale non-élue avec de larges pouvoirs de taxation, de règlementation et de redistribution de richesse, tel que semble le vouloir l'ébauche du traité de Copenhague?

      Pour tous ces points, je vous assure qu'il n'existe pas de consensus.

    2. Quand Je posais la question «Et si ce n'était que la pointe de l'iceberg?», voici ce que je voulais dire

  16. Mais cela ne change rien au fond du débat, qui est 1)l’existence du réchauffement 2)l’impact plus que probable de l’homme sur le climat.

    Commençons par le point 1

    Le climat de la planète a toujours été très variable depuis le début de son histoire. Certaines périodes ont été beaucoup plus extrême que aujourd'hui et nous avons assisté à des températures beaucoup plus chaudes et beaucoup plus froide. Le climat change, oui, mais il a TOUJOURS changé. Notre problème, c'est qu'on se réfère sur une TRÈS, TRÈS, TRÈS courte période de temps pour tirer nos conclusions alors que la planète à 4 milliards d'année. Peut-être que le changement qu'on observe en est un des plus minimes et des plus doux que la terre a connu depuis ses débuts. Qui sait?

    Encore là, je doute du réchauffement. L'Atlantique Nord se refroidit. Le soleil est à un minimum (faible activité) assez extraordinaire (ça achève, d'ailleurs, le maximum s'en vient d'en deux à trois ans). Le climat est, avouons-le, sensiblement le même qu'il y a 50 ans. Ce n'est pas 50 cm de neige dans un hiver qui fait une véritable différence sur la température. Il fait encore chaud l'été et frois l'hiver. Le climat va avoir véritablement changé quand les tornades vont être monnaie courant au Québec et que le Texas va devoir pelleter l'hiver….

    Le point 2

    Oui, l'homme a sûrement un impact sur le climat. Tout ce qui existe sur la planète a un impact sur le climat. L'influence de l'homme compte pour combien? Aucune idée, je ne prétend pas le savoir, mais c'est se donner beaucoup d'importance que de croire que nous en sommes la principale cause.

    Plusieurs facteurs influencent notre planète. La force du soleil (cycle d'environ 11-12 ans),la "eccentricity", le "axial tilt", le "precession", la variation de notre champ magnetique et j'en passe. Libre à toi de faire d'autres recherches.

    Personnellement, je pense que les forces extra-terrestre qui régissent notre système solaire ont beaucoup plus à voir que nous pauvres petits humains minuscules…

    Oui, l'humain influence l'environnement, mais à un faible taux, à mon avis…

  17. Et une page qui résume très sommairement trois phénomènes cités plus haut

     

    http://www.homepage.montana.edu/~geol445/hypergla

  18. @ Simon Bernier

    Avez-vous lu les articles traitant des phénomènes dont je parlais. Ceux dont j'ai mit le lien. Je vous suggère d'en lire plus sur chaque phénomène. Vous comprendrez alors que le climat est influencé par beaucoup d'autres choses que le simple CO2.

  19. il est évident que l’homme a un énorme impact sur son environnement.

    Oui, mais de là à être la principale cause de changement climatique, je ne suis absolument pas convaincu…

  20. Le climat est, avouons-le, sensiblement le même qu’il y a 50 ans.

    Ce que je voulais dire, c'est que a encore des étés, des hivers sensiblement de la même longueur, de la même intensité. Nous pouvons prévoir ce que nous vivrons la prochaine année sans trop grand risque de se tromper.

    Le climat de la planète est relativement stable. Au mois de septembre, il y a des ouragans dans la caraïbes, à chaque année. L'été au Québec, on a des canicules à 40 degrés, comme depuis toujours. L'hiver ça descend à -40 quelques jours…

    Au dessus de l'amazonie il y a encore des orages spectaculaire comme il y avait avant. En antartique, les manchots doivent encore se coller pour résister au froid. À vancouver, ils vivent encore sous la pluie avec très peu de neige en hiver…

    On s'entend que notre climat est très stable. C'est normal que sur une longue période de temps, on observe des variations, car tout autour de nous est en constant changement.

    Oui, l'humain a une influence, c'est certain, comme tout ce qui existe sur la planète. Seulement, notre influence est-elle si grande? C'est cette preuve qui me manque… Je ne suis absolument pas convaincu que la majorité de la faute nous revient. Vraiment, vraiment pas…

  21. http://www2.cnrs.fr/presse/communique/1141.htm

    Ton lien me donne pas mal raison…

    la comparaison entre les variations de la température en Antarctique et celles de l'insolation, suggère que l'intensité des périodes interglaciaires est influencée par l'interaction entre les paramètres d'obliquité(5) et de précession(6).

    La période de 10 °C plus froide qu'aujourd'hui, correspond au dernier maximum glaciaire il y a 20 000 ans, et celle de 4,5°C plus chaude, au dernier interglaciaire, il y a 130 000 ans.

    Et pour te faire plaisir

    Ces travaux confirmaient l'existence d'un lien étroit entre climat et effet de serre, mis en évidence sur les 420 000 dernières années grâce au forage de Vostok, le plus profond jamais réalisé en Antarctique (3623 m).

    Il y avait de l'effet de serre avant qu'on devienne industrialisé ou surconsommateur….

  22. On parle de réchauffement global, pas celui de l’Atlantique Nord. Si l’ocean Indien se réchauffe, est-ce que ca s’annule ? Cela ne fait pas de sens, il faut prendre en compte TOUTES les régions.

    Oui, c'est vrai! Je te l'accorde. Mais, en passant, ce que je nie ce n'est pas le changement climatique. Le climat a et va toujours changer… Il le faisait avant que nous soyons là et ça continuera après….

  23. « Pour tous ces points, je vous assure qu’il n’existe pas de consensus »

    Pouvez-vous m’assurer avec des preuves ?

    « Quand Je posais la question «Et si ce n’était que la pointe de l’iceberg?», voici ce que je voulais dire…  »

    Que le Competitive Enterprise Institute tente de détruire la réputation de la NASA, cela ne me surprend guère…Encore la, on porte des accusations mais on n’a rien de solide.

    L’article souligne que les données de l’Université de l’Alabama-Huntsville « suggests temperatures have been relatively flat for most of this decade », contrairement à ceux de la NASA qui démontrent que les années 2000  » has been the warmest on record ».

    Données de l’UAH : http://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2009/04/uah_global_temperature_anomaly_mar2009.png

    Si ce modèle montre une hausse de température moins drastique que ceux de la NASA, il démontre quand même une forte tendance vers la hausse.

    « Notre problème, c’est qu’on se réfère sur une TRÈS, TRÈS, TRÈS courte période de temps pour tirer nos conclusions alors que la planète à 4 milliards d’année. Peut-être que le changement qu’on observe en est un des plus minimes et des plus doux que la terre a connu depuis ses débuts. Qui sait? »

    D’après les scientifiques, il s’agirait d’une des plus fortes croissantes que nous ayons connu. On peut déterminr le climat sur des millions d’années grace en autre à la croute glaciale de l’Antarctique. Ici, c’est une question si tu crois aux scientifiques ou non, c’est une question de la crédibilité que tu accordes aux centaines, milliers de recherches fait sur le sujet. http://www2.cnrs.fr/presse/communique/1141.htm

    « Encore là, je doute du réchauffement. L’Atlantique Nord se refroidit.  »

    On parle de réchauffement global, pas celui de l’Atlantique Nord. Si l’ocean Indien se réchauffe, est-ce que ca s’annule ? Cela ne fait pas de sens, il faut prendre en compte TOUTES les régions.

    « Le climat de la planète a toujours été très variable depuis le début de son histoire. Certaines périodes ont été beaucoup plus extrême que aujourd’hui et nous avons assisté à des températures beaucoup plus chaudes et beaucoup plus froide.  »

    Je suis pas mal sur qu’un docteur en sciences est au courant de ca…

    « Le climat est, avouons-le, sensiblement le même qu’il y a 50 ans.  »

    Pas selon les observations les plus « conservatrices ». Toutes les données montrent un réchauffement, c’est sur l’intensité qu’il y a un débat.

     » Ce n’est pas 50 cm de neige dans un hiver qui fait une véritable différence sur la température »

    Et nous en sommes tous conscient, je l’espère.

    Il y a un réchauffement, like it or not…

    —-

     » L’influence de l’homme compte pour combien? Aucune idée, je ne prétend pas le savoir, mais c’est se donner beaucoup d’importance que de croire que nous en sommes la principale cause. »

    Si l’on regarde les Pascuans de l’ile de Paques, les Vikings du Groenland, les Mayas d’Amerique du Sud (etc…), qui ont tous contribuer au déclin de leur société au point de se rendre completement vulnérable au moindre problème environnementale ou politique, il est évident que l’homme a un énorme impact sur son environnement. Il suffit d’utiliser Google Earth pour voir d’un point de concret l’impact énorme que l’homme a sur les terres. Il suffit de comparer les eaux des grandes fleuves avec ceux des cours d’eaux reculés. Ce n’est pas de se donner une « grande importance », c’est de reconnaitre l’impact de nos actions. Ce n’est pas « l’homme » qui cause la pollution, mais bien ses inventions qui sont très puissantes.

    « mais c’est se donner beaucoup d’importance que de croire que nous en sommes la principale cause. »

    Mais c’est pas une question d’ego, de psychologique collective ! C’est une question scientifique, c’est de science qu’il faut parler. Et le débat doit DEMEURER au niveau scientifique. Quand on parle de réchauffement du au positionnement de la planète par rapport au soleil (meme si je ne crois pas que ca soit la principale raison du réchauffement), au moins, on garde le débat à la science. Pas de film de  Al Gore, pas de « rapport » faits par des think tanks de droite. Ou pas de « on se pense important ».

    1. <object width="425" height="344"><param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/VwM_B4-5gaE&hl=en_US&fs=1&"></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowscriptaccess" value="always"></param><embed src="http://www.youtube.com/v/VwM_B4-5gaE&hl=en_US&fs=1&&quot; type="application/x-shockwave-flash" allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true" width="425" height="344"></embed></object>

  24. « Avez-vous lu les articles traitant des phénomènes dont je parlais. Ceux dont j’ai mit le lien. Je vous suggère d’en lire plus sur chaque phénomène. Vous comprendrez alors que le climat est influencé par beaucoup d’autres choses que le simple CO2.  »

    Je suis parfaitement au courant et nulle part je soutiens que le climat n’est régulé que par le CO2. Aucun scientifique ne le prétend. En fait, personne ne le prétend…

    Je suis au courant de l’impact du rayonnement solaire, de l’impact de la position du la terre par rapport au soleil, de l’impact des gaz a effets de serre, des plaques tectoniques etc….

    « Oui, mais de là à être la principale cause de changement climatique, je ne suis absolument pas convaincu… »

    Pourquoi ? Les émissions de  CO2 et autres gaz à effet de serre ont augmenté rapidement au cours de la deuxième moitié du 20e siècle, tout comme la température. Bien sur, il y a d’autres facteurs, mais si l’on veut réfuter l’impact de l’homme, il faut démontrer que l’effet de serre n’a pas un impact important sur le climat.

     » L’été au Québec, on a des canicules à 40 degrés, comme depuis toujours »

    Je ne suis pas un expert, mais je penses pas que ca montait à 40 degrés lors du petit age glaciale dans les années 1500… Comme tu dis, le climat change.

    « On s’entend que notre climat est très stable. C’est normal que sur une longue période de temps, on observe des variations, car tout autour de nous est en constant changement. »

    Le problème, c’est le changement présent est rapide, sur une courte période, d’ou l’inquiétude des scientifiques.

     » et celle de 4,5°C plus chaude, au dernier interglaciaire, il y a 130 000 ans.  »

    « Il y avait de l’effet de serre avant qu’on devienne industrialisé ou surconsommateur…. »

    4,5 degrés sur 130 000 ans, c’est pas change chose. 1 degrés sur 100 ans, c’est énorme. La poison est dans la dose… c’est comme l’effet de serre. Tu dis que l’effet de serre existait avant l’industrialisation.  Mais bien sur ! Personne ne dit le contraire. La vapeur d’eau a un impact majeur sur l’effet de serre. Mais il s’agit de l’augmentation de l’effet de serre qui inquiète, l’augmentation de son impact.

    Prend l’eau. L’eau est un élément essentiel de la vie.

    Mais des gens sont mort noyés dans l’eau.

    Ainsi, pourrions-nous déterminer que l’eau est dangereux ?!

    C’est la même chose pour le CO2. Ce n’est pas le CO2 en soi le danger, mais sa quantité. Le poison est dans la DOSE. Bois 1 ml d’essence et tu devrais t’en sortir, bois en 1 litre et tu vas mourir c’est sur. Le poison est dans la dose.

    Maintenant le débat, c’est de savoir quand est-ce que la Terre peut avoir une overdose de CO2…

    1. @ Simon Bernier

      Maintenant le débat, c’est de savoir quand est-ce que la Terre peut avoir une overdose de CO2…

      Il semblerait que nous sommes encore loin de cette overdose, mais certains essaient de nous faire croire que nous faisons façe à l'apocalypse demain matin… j'exagère à peine.

  25. "Il semblerait que nous sommes encore loin de cette overdose, mais certains essaient de nous faire croire que nous faisons façe à l’apocalypse demain matin… j’exagère à peine."

    Le CO2 contribue à l'effet de serre. Il y a une panoplie d'études sur le sujet de diverses sources. Pourquoi le nier ? Pourquoi verser dans la politique ?

    1. @ Simon Bernier

      Le CO2 contribue à l’effet de serre. Il y a une panoplie d’études sur le sujet de diverses sources. Pourquoi le nier ? Pourquoi verser dans la politique ?

      Personne ne nie que le CO2 contribue à l’effet de serre. Mais le CO2 ne compte que pour 0,04% de l’atmosphère et tout à coup c’est LE facteur le plus important qui influence le climat? Come on! De plus, la concentration de CO2 et la temprérature ont déjà été plus élevés qu’aujourd’hui sans l’aide de l’homme et la terre a survécu. En quoi est-ce un si grand problème aujourd’hui? Les vikings faisaient de l’agriculture pendant l’optimum médiéval à des endroits qui sont présentement en pergélisol.

      Sans compter qu’il y a 10 ans que les températures n’augmentent plus et que la concentration de CO2 ne cesse d’augmenter.

      Pour ce qui est de verser dans la politique, ce n’est pas moi qui suggère au monde de flamber 140 billions sur un problème que n’en est pas un. Et ce n’est certainement pas moi qui tente d’étouffer toute opinion dissidente. Quel camp ne cesse de dire que les autres devraient être emprisonnés?

  26. "Personne ne nie que le CO2 contribue à l’effet de serre. Mais le CO2 ne compte que pour 0,04% de l’atmosphère et tout à coup c’est LE facteur le plus important qui influence le climat?"

    http://www.atmo.arizona.edu/students/courselinks/

    Dans les faits, le CO2 contribue entre 9 et 26% selon les modèles. Ne pas oublier que le réchauffement est aggravé par le  "positive feedback" de la vapeur d'eau : plus il faut chaud, plus l'eau se vaporise et aggrave le réchauffement.

    "De plus, la concentration de CO2 et la temprérature ont déjà été plus élevés qu’aujourd’hui sans l’aide de l’homme et la terre a survécu. En quoi est-ce un si grand problème aujourd’hui"

    La Terre a survécu mais combien d'espèces animales se sont extinctes ? On ne s'inquiète pas pour la Terre, on s'inquiète pour l'Homme.

    "Les vikings faisaient de l’agriculture pendant l’optimum médiéval à des endroits qui sont présentement en pergélisol."

    Je te conseille de lire Effrondrement de Jared Diamond qui parle justement des Vikings au Groenland. Dans le premier cas, le changement climatique (dans ce cas-ci, "le petit ère glaciale" médiévale) a complètement détruit la société viking du Groenland Les changements climatiques, qu'ils soient un réchauffement ou un refroidissement, sont toujours un danger pour l'Homme et met à l'épreuve nos sociétés.

    Les changements climatiques naturels ont toujours apportés leur lot de problèmes. Mais lorsque la tendance est accrue par l'action de l'Homme, il est normal de s'inquièter et de prévoir des conséquences elles aussi, plus graves. Et 28 431 millions de tonnes de CO2 artificiel, non-naturel, poussé dans l'atmosphère affecte le climat du à l'effet de serre. http://www.youtube.com/watch?v=T8TZ_1w3uLY

    " Sans compter qu’il y a 10 ans que les températures n’augmentent plus et que la concentration de CO2 ne cesse d’augmenter."

    Tu te bases je supposes sur l'année 1998 pour dire cela (je supposes parce que tu n'es pas très descriptif, on ne peut pas juste te croire sur paroles). L'année 1998 fut très chaude du au phénomène de El Nino, comme nous avons pu le constater au Québec avec la crise du verglas. En comparaison, 2008 fut l'année la plus froide des années 2000. Pourtant, 2008 demeure une année beaucoup plus chaude que n'importe quelle annéee pre-1990. Si la température est "stable" depuis 10 ans, c'est très inquiétant puisqu'il y a 10 ans, c'était l'année la plus chaude du siècle. En fait si on regarde la tendance, la décennie 2000 fut la plus chaude.

    "Quel camp ne cesse de dire que les autres devraient être emprisonnés? "

    ????

    "Pour ce qui est de verser dans la politique, ce n’est pas moi qui suggère au monde de flamber 140 billions sur un problème que n’en est pas un. "

    Considéres cette somme comme un investissement dans de nouvelles industries qui vont créer des emplois, en plus de contrer des problèmes plus concret : le smog, les problèmes géopolitiques reliés au pétrole, l'utilisation du pétrole pour des besoins dont on n'a pas de substitut (plastique, asphlate ). Je suis pas mal sur que les habitants de Pékin serait bien heureux de la disparition des usines de charbon (tant qu'ils sont remplacés par des sources d'énergies moins polluantes et je n'adhères pas aux groupes anti-nucléaire…). Avouons-le, le pétrole est vieux, sale, polluant et nous pouvons utiliser d'autres sources d'énergies.

  27. Considéres cette somme comme un investissement dans de nouvelles industries qui vont créer des emplois, en plus de contrer des problèmes plus concret : le smog

    Déjà un investissement publique qui créé des emplois, ce serait une première, les fonds sont détournés d'un usage qui serait plus efficace dans cette tâche. Ensuite le smog ? vraiment ? le smog est dû au CO2 ? Renseignez vous, le smog n'a rien à voir avec le CO2.

    Je vais citer wikipédia, peu de chances qu'il se trompe là dessus :

    Le smog est une <a title="Brume" href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Brume&quot; rel="nofollow">brume brunâtre et épaisse provenant d'un mélange de <a title="Pollution" href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Pollution&quot; rel="nofollow">polluants atmosphériques qui limite la <a title="Visibilité" href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Visibilit%C3%A9&quot; rel="nofollow">visibilité dans l’<a title="Atmosphère terrestre" href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Atmosph%C3%A8re_terrestre&quot; rel="nofollow">atmosphère. Il est constitué surtout de particules fines et d'<a title="Ozone" href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Ozone&quot; rel="nofollow">ozone.

    [Petrole]

    Avouons-le, le pétrole est vieux, sale, polluant et nous pouvons utiliser d’autres sources d’énergies.

    Et bien utilisez d'autres sources d'énergies alors, qui vous en empêche ? J'espère qu'après cette tirade, vous n'avez pas une voiture qui roule avec un produit dérivé du pétrole, sinon c'est un peu "faites ce que je dis mais pas ce que je fais". Moi même je marche ou prends les transports en commun et vis très bien comme ça. Le pétrole est polluant (vieux et sale ca rentre pas vraiment en ligne de compte) et je m'en passe au maximum, mais je vais pas créer une organisation mondiale pour forcer les autres à faire comme moi, quelque soit les enjeux réels ou imaginaires.

  28. Je précise mon raccourci sur « le pétrole est polluant » parce que j’ai été vraiment rapide sur ce coup, que ce soit le pétrole, les matériaux nucléaires, l’ozone ou autres, ils ne posent pas de problèmes là où ils se trouvent à l’origine.
    Prenez les et répandez les ailleurs, la nature et les hommes ne vous diront pas merci. Je n’ai rien contre le pétrole et les matériaux nucléaires, c’est les techniques utilisées qui les rendent polluants. La combustion dans les moteurs est imparfaite, créé des particules ou des produits de combustion non désirés, la technique utilisée pour le nucléaire créé des sous produits encore plus dangereux que le matériau initial si non stocké correctement, et n’oublions pas les diverses fuites, que ce soit d’eau contaminée pour le nucléaire ou simplement d’huile pour les moteurs. Le charbon est dans le même cas, sa combustion parfaite comme pour le pétrole ne donne que du CO2 et de la vapeur d’eau, comme un poumon, dans la pratique la combustion imparfaite amène une quantité de particules monstre.
    Il n’y a pas à lutter contre une source d’énergie en particulier et c’est là la grande erreur des « pseudos écolos », d’un point de vue écolo la seule chose à faire n’est pas de manifester, appeler à la régulation ou encore d’autres méthodes toutes aussi inutiles voir dommageables, il faut investir afin de rendre une source d’énergie non polluante, compétitive et ensuite en faire la promotion volontaire.
    C’est faisable avec le pétrole, le charbon, le nucléaire, le solaire, l’éolien, toutes en fait et un libre marché permet ensuite à chacun de choisir le meilleur rapport qualité prix et en fonction de ses préférences personnelles.
     

  29. Bonjour à tous, je suis nouveau sur ce blog.

    Je constate que vous parler des médias québécois.  Heureusement qu'ils vont faire faillite (à moins que le gouvernement ne se les approprie «temporairement»).

    Je vois aussi que vous parler de technologies vertes.  J'étudie en entretien d'aéronef et les technologies en général m'intéressent.

    à Christian Rioux

    En fait, tout comme les ordis portables, on est en train de développer des batteries recyclables et vertes.  Donc le moteur électrique est loin d'être obsolète.  D'ailleurs, si tu vas voir à http://en.wikipedia.org/wiki/SSC_Aero, un constructeur américain à commencer la production d'une voiture électrique développant 1000 HP, 800 Li-Pi de couple et capable de parcourir 150-200 milles sur une même charge (le temps de recharge dure moins de 10 minutes).  De plus on pourrait intégrer un petit moteur diesel qui s'occuperait d'actionner une générartrice.

    à Philippe

    L'hydrogène n'est pas une bonne solution car ce combustible à un indice d'octane en dessous de 0.  Le mélange air/hydrogène explose à la compression comme un diesel, mais produit des détonations qui on tôt fait d'endommager sérieusement un moteur à piston quatre temps classique.  La seule solution est l'emplois du moteur rotatif Wankel plus solide, plus simple à machiner et comportant moins de pièces.  Encore là, cela nécessiterait l'emploi de matériaux en céramique extrêmement dispendieux.

    à Johnny

    Il faut quand même noter que présentement, le contrôle électronique de l'allumage «coil and plug» ainsi que les systèmes style calage variable des soupapes (Variable Valve Timing) ont permis de rendre les combustions presques parfaite et réduit les émission d'agents polluant tel le souffre au stade de «traces».

    Bref, pour les technologies vertes, mieux vaut faire confiance au libre marché et à l'innovation.

     

    1. @ Jérémie Mercier Descôteaux

      Bienvenue sur mon blogue.

      Effectivement, comme le mentionne Johnny, je faisais référence aux piles à hydrogène et non à l'hydrogène comme carburant dans un moteur à explosion. Selon moi cette technologie est ultimement plus prometteuse que les véhicules électriques ou hybrides. Cette technologie est 100% non-polluante, contrairement aux véhicule électriques, puisque la façon de générer l'électricité pour ces véhicules n'est pas encore 100% non-polluante.

      Bref, pour les technologies vertes, mieux vaut faire confiance au libre marché et à l’innovation.

      100% d'accord avec toi là dessus. Par contre, nous devrions inclure le coût environnemental des carburants fossiles dans leur prix. Les technologies vertes devraient devenir beaucoup plus populaires de cette façon.

  30. mieux vaut faire confiance au libre marché et à l’innovation.

    Tout à fait d'accord.

    Quand Philippe parle d'hydrogène, je pense qu'il fait référence aux piles à combustible, l'hydrogène dans un moteur à combustion est vraiment une mauvaise idée comme vous le dites.

    Pour les combustions "parfaites", multipliées par le nombre de véhicules dans une grande ville et en tenant compte de la réalité que tous les véhicules ne sont pas récents et/ou qu'ils soient mal réglés, leur participation à la pollution urbaine reste importante. Je faisais surtout allusion au NOx, malgré l'existence de pots catalytiques qui amènent aussi de toutes manières leurs lots de problèmes.

  31. à Johnny

    Je n'ai pas mentionné le NOx car l'oxygène et l'azote s'intronisent ensemble très rarement, seulement dans des conditions d'extrêmes températures lors de la combustion.  Il faut vraiment que ton moteur fonctionne sur «la coche» pour qu'il y ait des émissions considérables comme dans une course.

    Pour les combustions incomplètes, c'est sûr qu'il y a plein de vieux tacos désuets sur la route et qu'il y a encore matière à innover dans le design des moteurs.  Par exemple, remplacer l'arbre à cames par un système entièrement électronique/hydraulique/électromagnétique.

    à Philippe

    Les piles à combustibles à l'hydrogène sont potentiellement dangereuses du au risque d'explosion de l'hydrogène et nécessitent un entretient.  À part pour les sous-marins, ce n'est pas ce qu'il y a de mieux.  Quant aux automobiles, j'opterais plus pour les batteries NiZn apparues récemment.
    http://en.wikipedia.org/wiki/Nickel-zinc_battery

  32. Je dis pas qu'une seule voiture est responsable de grande quantité de NOx émise, je dis que l'ensemble des voitures créé énormément de NOx.

    Dixit wikipédia:

    Dans les <a title="Années 2000" href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Ann%C3%A9es_2000&quot; rel="nofollow">années 2000, les véhicules sont devenus responsables de près de 60 % des émissions de NOx. Les centrales thermiques et les chaudières ou chauffages individuels et gazinières fournissant l'essentiel du reste. Le <a title="Pot catalytique" href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Pot_catalytique&quot; rel="nofollow">pot catalytique a diminué les émissions des voitures (depuis 1993 en France), mais avec un impact atténué par une forte croissance du trafic, du nombre de véhicules, et par la durée de renouvellement du parc de véhicules.

    Mais bon on est d'accord sur le principe, faut un marché non régulé par l'Etat pour aboutir à un ensemble de solutions qui seront plus efficaces qu'aujourd'hui.

  33. à Johnny

    C'est sur que malgré ce que je viens de dire précédemment, l'environnement fermé qu'est un cylindre de moteur reste un des meilleurs qui soit pour produire du NOx

    En effet je crois aussi au libre marché car il n'y a aucune énergie verte absolue, une compagnie a une meilleur vision du contexte qu'un gouvernement.  Ça dépend du climat et des ressources propres à chaque pays.  Par exemple, le Brésil est une puissance agricole qui développe beaucoup de déchets organiques pouvant être transformé en éthanol.  Ici au québec se serait imbécile (quoique on est abitué avec notre manque de vision au Québec) de ne pas utiliser notre potentiel hydroélectrique pour nos voitures (Ça nous libérerait de l'oligopole des «major» pétrolières).

    Pour ce qui est des journaux et autres médias au Québec, 100% d'accord avec l'emsemble des commentaires sur ce blog.