Des élections S.V.P.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 3,50 out of 5)
Loading...

Certains vont certainement penser que j’ai perdu la boussole et j’arrive à peine à croire moi-même ce que je vais proposer, mais il faut qu’on ait des élections fédérales (encore!).  Je sais que nous avons une écoeurantite aigüe des éléctions et la dernière chose dont nous avons besoin est une troisième campagne électorale d’affilée, mais personnellement, je ne vois pas d’autre solution qui soit vraiment viable à la petite crise politique dans laquelle M. Harper et sa tête de mûle nous a projeté. N’empêche qu’en bon libertarien je me réjouis que les politiciens actuels s’efforcent tant pour prouver que notre présent modèle étatique ne fonctionne pas. Si jamais on avait voulu avoir un argument pour une minarchie non-partisane, le v’là!

On a beau vouloir blâmer Harper d’avoir provoquer cette crise, il a quand même retiré tous les points épineux de sa mise-à-jour économique et malgré tout, l’opposition persiste à vouloir s’approprier le pouvoir en tentant de former une coalition. Seulement, il y a un os: cette coalition est formée de deux partis battus qui ne totalisent pas assez de sièges pour supplanter le gouvernement actuel des conservateurs et donc dépend du soutien d’un autre partie qui, ironiquement, est voué à la destruction de la confédération. Qui plus est, elle est menée par un chef qui a non-seulement été décisivement rejeté par l’électorat le 14 october dernier, mais également par son propre parti.  De plus, aucun élément de sa plateforme n’a vraiment été approuvé par l’électorat. Dans ces circonstances, je vois mal comment la Gouverneure Générale pourrait outrepasser les conventions constitutionnelles et considérer cette coalition comme ayant un droit légitime de gouverner. Il me semble que si on avait voulu Stéphane Dion comme P-M, les libéraux n’auraient pas eu leur pire résultat historique aux dernières élections, sans compter que M. Dion n’a aucune légitimité pour aspirer à ce poste.

Michaëlle Jean a donc trois choix si le gouvernement est battu en chambre:

  1. Accepter la démission de M. Harper et dissoudre le gouvernement. (Ce que Harper voura sûrement)
  2. Demander à M. Dion et sa coalition de gouverner (ce qui est douteux)
  3. Refuser la démission de M. Harper et forcer le gouvernement et les partis de l’opposition à coopérer (Apparemment elle peut faire ça aussi).

Si la troisième option parait alléchante à première vue, il y a une très forte probabilités que les partis de l’opposition sauteront sur la première occasion de défaire le gouvernement et on reviendrait à la case de départ. À mon humble avis, tant qu’a faire ça, nous sommes aussi bien de passer aux urnes.

A propos de l'auteur

Mon nom est Philippe. J’habite sur la rive sud de Montréal. Je suis un technicien en informatique qui aime discuter de toute sorte de sujets. Bienvenue sur mon blogue!

4 Réponses à “Des élections S.V.P.”

  1. J'appuie, je préfère des élections plutôt que cette mascarade de démocratie avec des séparatistes qui auraient la balance du pouvoir, alliés avec leur pire ennemi (de toute façon, tout le monde est le pire ennemi des séparatistes)

    Avec une nouvelle élection, le Bloc devrait manger une volée.  Bon débarras.

  2. Le premier ministre peut se débarrasser de la Gouverneure Générale si elle n’écoute pas…
    C’est légal.

  3. @Christian Rioux:

    Parfaitement, si les membres de la coalition croient avoir un meilleur plan, ils ne devraient pas avoir peur de le soumettre au peuple, mais le 14 octobre, le peuple avait rejeté leur plan. À eux de prouver qu'il est meilleur.

    Oh… c'est vrai… Ils sont tous cassés comme des clous… 🙂

  4. @Zarmagh:
    C’est effectivement une option, mais je doute que ce soit nécessaire.

    De plus, on ne veut vraiment pas remettre le pouvoir décisionnel dans les mains de la royauté. C’est pourquoi on devrait s’en remettre au peuple.